MA PREMIÈRE PLONGÉE


Toulon, il est 20H30, fin janvier 68.
Le temps est maussade, le mistral souffle légèrement, il fait froid. 
Je crois me souvenir qu’il y avait une pluie fine qui donnait un petit effet brumeux. 
Nous nous apprêtions à appareiller…
Appel sur le quai.
L’équipage du sous-marin "REQUIN" est aligné sur le quai devant le bâtiment.
L’appel terminé, l’0fficier en second rend compte : « l’équipage est au complet »
Le commandant : « bien, au poste de combat de vérification »
L’équipage prend poste et passe aux contrôles des organes. 
Tout y passe et on termine par une vérification d’étanchéité du bâtiment.
Cette opération dure environ trois quarts d'heure.
L'officier de quart : « bâtiment paré pour la manœuvre »
Le commandant : « bien, au poste de manœuvre »
L'officier de quart annonce au central : « au poste de manœuvre »
Tout l’équipage se déplace pour se mettre au poste de manœuvre.
L'officier de quart : « paré à la manœuvre »
Le commandant : «larguez les amarres à l’avant »
L'officier de quart : « pont avant ! larguez les amarres ! »
L’équipage du pont avant largue les amarres.
Le commandant : « moteur arrière toute »
Transmission de l’ordre au central par le guetteur à la passerelle. 
Une seconde plus tard.
Le commandant : « moteur stop »
Le guetteur passerelle : « moteur stop ! »
Cette manœuvre a pour effet de tendre l’amarre à l’arrière,
afin d’écarter lentement l’avant du quai. 
Le commandant : « larguez les amarres »

L'officier de quart : « larguez les amarres ! »
Le commandant : « prenez la manœuvre »
L'officier de quart : « bien Commandant » « la barre à zéro » « moteur avant 2» 
Le guetteur passerelle : « la barre à zéro » « moteur avant 2 »
Le central répond « les moteurs sont en avant 2, la barre à zéro »
L'officier de quart : « bien »

Quelques dizaines de mètres plus loin...  

L'officier de quart : « la barre à droite 15 – venir au un – huit – zéro (cap au sud).
Le guetteur passerelle transmet les ordres au central.
Le barreur : « la barre est 15 à droite »
Le bâtiment se met à tourner lentement.

Quelques instants plus tard

Le barreur : « nous sommes au un – huit – zéro »
L'officier de quart : «  bien »
Nous quittons la base Sous-marine pour entrer dans la Petite Rade,

sitôt pénétré dans la Petite Rade, 
L'officier de quart : « venir au un – sept – zéro.
Le guetteur passerelle transmet les ordres au central.
Le barreur : « nous sommes au un – sept – zéro »
L'officier de quart : «  bien »
Nous prenons la direction de la Pointe de la Vieille pour passer le goulet.
3 nautiques plus loin...
L'officier de quart :  « à gauche 20, venir au zero – neuf – zéro »
Le guetteur passerelle : « à gauche 20 ! » « venir au zero – neuf – zéro ! »
Le barreur : « la barre est 20 à gauche ! » « venir au zero – neuf – zéro ! »
Nous franchissons la passe, Saint Mandrier est sur le quart tribord.
Encore quelques nautiques …

L'officier de quart :  « à droite 10, venir au un – cinq – zéro »
Le guetteur passerelle : « à droite 10 ! » « venir au un – cinq – zéro ! »
Le barreur : « la barre est 10 à droite ! » « venir au un – cinq – zéro ! »
Un petit silence puis, 

Le barreur : « nous sommes au un – cinq – zéro ! »
L'officier de quart : « bien ! » 

Le bâtiment vogue maintenant  vers la haute mer. 
Nous allons bientôt ressentir l'effet des vagues …

Le commandant : « prendre la tenue de navigation »
L'officier de quart : « prendre la tenue de navigation ! »
Le central transmet l’ordre par haut parleur dans tous les compartiments. 
Le bâtiment se met en tenue de navigation.
L’équipage passe au quart par tiers d’équipage.

Nous naviguons maintenant en surface, il est près de 2 ou 3H du matin.
Le commandant, après avoir bu un thé, monte à la passerelle. 
Le commandant : « prendre la tenue de veille »
L'officier de quart annonce au central : « prendre la tenue de veille ! »
Le central transmet l’ordre par haut parleur dans tous les compartiments. 
Le personnel présent dans la cathédrale pour griller une cigarette,
est prié de redescendre à bord immédiatement.
Le bâtiment se met en veille, paré à plonger. 
L'électricien de service enlève les clavettes des purges.
Quelques instant plus tard :
Le commandant : «faites plonger et venir à 30m» et il redescend aussitôt à bord.
L'officier de quart "bien commandant", il fait descendre le guetteur.
Après s'être assuré que tout est en ordre, 
il annonce au central «Alerte !» 
et il se lance dans le sas et ferme le panneau supérieur puis il descend au central.

Pendant ce temps, au central, le patron de quart a donné trois coup de klaxon, 
pour annoncer à l'ensemble de l'équipage que le bâtiment plonge.
La propulsion est attentif aux ordres du central...
Nous sommes sur un 1200 tonnes.
Le patron de central ordonne de couper la charge.
(
Sur un 800 Tonnes, il y a un visuel entre la propulsion et le central.
Le patron de central siffle en direction de la propulsion et,
d'un geste de couper cabèche, intime l'ordre de couper la charge. 
C'est du vécu, attention ceci n'est pas du conventionnel... Je n'ai rien dit.
)
 
Il ordonne l'ouverture des purges et annonce au barreur «Immersion 30m !».
Les diesels se sont tus et l'eau s'engouffre dans les ballasts...
Le sous-marin s'enfonce maintenant dans les profondeurs de la Méditerranée. 
La première chose que l'on remarque c'est le silence, qui,
nous envahit dès que nous descendons sous la surface de la mer.
Un peu comme le Commandant COUSTEAU, 
je peux me croire dans "Le monde du silence".
Nous sommes le 30 janvier, j'effectue ma première plongée à bord du sous-marin «REQUIN». 
Voilà maintenant trois jours que nous sommes sans nouvelles du sous-marin « MINERVE». 
L'atmosphère est lourde, 
les pensées sont pour nos compagnons dont nous sommes sans nouvelles.
Jamais je n'oublierais ce moment de ma vie empreint de peur et de tristesse...