RETOUR

LA PLONGÉE

Le sous-marin navigant en surface en tenue de veille, la plongée s'effectue en deux temps :

1) Pour commencer l'officier de quart, sur ordre du commandant ou sur consignes de celui-ci fait prendre les dispositions nécessaires à la prise de plongée afin d'exécuter cette manœuvre à une heure dite ou suite à un événement désigné ou convenu. Il fait descendre le veilleur et donne l'alerte... Le patron de central répète l'alerte, donne trois coups de klaxon, fermeture des ouvertures de coques (exemple le barreur de direction ferme la vanne du porte-voix passerelle), contrôle des lumineux. La propulsion coupe les groupes électrogènes, ferme les échappements et règle les moteurs électriques suivant les consignes du bord. Ouverture de toutes les purges sauf les centraux. Le sous-marin descend mais le massif est hors de l'eau.

Pendant ce temps : L'officier de quart s'assure que les diesels sont arrêtés, il descend et ferme le panneau supérieur du sas.  

2) Immersion du bâtiment : L'officier de quart arrivé au central donne l'immersion. Le patron annonce l'immersion. Ouverture des purges aux ballasts centraux. Le barreur s'exécute et manœuvre pour atteindre l'immersion demandée et il rend compte.

Pour plonger, après avoir rempli les ballasts, on utilise des barres de plongée pour changer d'immersion. Pour manœuvrer ces barres, le barreur de plongée pilote l'immersion à l'aide du tableau de plongée. Ce tableau, en plus des informations nécessaires au barreur, donne d'autres paramètres pour le patron de central qui se tient debout derrière le barreur de plongée. L'heure, l'immersion, les angles de barres de plongée mais également un répétiteur d'angle de barre de direction, la pression barométrique, la vitesse, l'assiette, divers lumineux de contrôle, etc... Le patron de central supervise la tenue du sous-marin en plongée à tous les niveaux.

Le tableau de plongée situé au Central est manœuvré par un barreur en navigation normale, et par deux barreurs au poste de combat. Le barreur est garant de la tenue de l'immersion qui est particulièrement critique lors de navigation au schnorchel. Le clapet de tête doit s'ouvrir et se fermer régulièrement avec le tchiii ! tchou ! caractéristique pour assurer une immersion schnorchel efficace. Dans ce cas la tête du schnorchel sort juste ce qu'il faut pour assurer la charge des batteries, le renouvellement de l'air en toute sécurité et avec la discrétion maximum. La charge des batteries est assurée par la mise en route des diesels des groupes électrogènes qui lorsqu'ils tournent, aspirent l'air du bord. Lorsque le clapet est ouvert tout va bien, lorsqu'il se ferme, les diesels aspirant l'air du bord, créent une dépression qui agit sur nos tympans, il faut décompresser en se pinçant le nez, en fermant la bouche et en soufflant fort. Cette situation de dépression ne peut durer longtemps, c'est là qu'intervient la dextérité du bon barreur. Si pour une raison indéterminée, la dépression atteint une valeur trop élevée définie par le cahier des charges , le patron de central donne l'alerte et coupe immédiatement la charge pour ne pas mettre l'équipage en péril. Il faut bien entendu rétablir au plus vite l'équilibre de la pression d'air et reprendre la charge si ordonnée par l'officier de quart.