RETOUR

CAISSES D'ASSIETTE

Les caisses d'assiette permettent de rectifier la pesée en assiette, c'est à dire de ramener le centre de gravité du bâtiment à la verticale du centre de poussée. Il est à noter que la position du centre de gravité du sous-marin varie avec la disposition des poids mobiles, des mouvements de l'équipage et celle du centre de poussée varie avec la vitesse, la position des barres et les conditions de propulsion. Les caisses d'assiette doivent donc permettre une rectification rapide de la pesée en assiette. Elles peuvent aussi servir dans une moindre mesure à la pesée en poids du sous-marin. En résumé : En plongée, le sous-marin doit être parfaitement manœuvrable ce qui revient à dire qu'en étant stoppé en immersion, il ne doit ni descendre, ni monter. Mais également l'assiette du bâtiment, l'avant et l'arrière ne doivent pas monter ou descendre non plus. Le patron de central a du pain sur la planche.

En supposant la pesée correcte et la gite réglée. Le patron de central dispose de caisses d'assiette à l'avant et à l'arrière qui lui permettent de régler l'assiette du bâtiment en transvasant l'eau des caisses d'assiette avant vers l'arrière ou vice versa. Comme on peut le voir sur le schéma suivant, il dispose de deux circuits qui, en mode normal, sont disposés de manière à transférer rapidement et silencieusement de l'eau de l'avant vers l'arrière ou l'inverse. Il transmet l'ordre aux auxiliaires où le mécanicien de quart va exécuter l'opération demandée. Exemple : 300 litres vers l'avant. Cette opération permet de mettre le sous-marin en équilibre avant-arrière.

Il y a 4 caisses d'assiette (2 à l'AV, 2 à l'AR) formant deux paires réunies chacune par un tuyautage appelé collecteur d'assiette. Les deux paires sont complètement indépendantes l'une de l'autre. Pour diminuer l'importance des mouvements d'eau à effectuer, on éloigne au maximum les caisses d'assiette AV et AR pour augmenter leurs bras de levier. On les place donc à l'extrême avant et à l'extrême arrière.

Les caisses d'assiette n'étant jamais en communication avec la mer n'ont pas besoin d'être résistantes. Cependant, comme on effectue les mouvements d'eau par mise en pression avec de l'air comprimé, elles sont semi-résistantes.