GLOSSAIRE

RETOUR

mots utilisés à bord des sous-marins

A couple : Venir à couple, se placer à couple, s'amarrer à couple... Amarrage à flanc, bord à bord avec un autre bateau.

Accoster : Placer un bâtiment le long d'un quai ou le long d'un autre navire.

Alidade : Règle, équerre ou bras d'un instrument de visée (ex. le sextant) pivotant et permettant de mesurer des angles en prenant des relèvements géographiques ou astronomiques. Sur un sextant, l'alidade, aussi nommée bras, porte le grand miroir et le tambour et pivote autour du limbe. Voir Taximètre.

Amarrage : Opération par laquelle on immobilise un navire au port au moyen d'amarres, soit à quai, soit à couple d'un autre navire.

Amarres : Cordages servant à tenir le navire le long du quai.

Amer : Point remarquable, fixe, à terre ou en mer, utilisé en navigation côtière, seul ou en combinaison avec d'autres, pour faire le point. Phare, balise, tour, château d'eau, clocher, etc., constituent des amers à partir du moment où ils sont identifiables sans équivoque. Les meilleurs amers sont signalés dans les Instructions nautiques et sur les cartes marines.

Appareillage : Ensemble des manœuvres nécessaires pour quitter un mouillage ou un port. Mettre le moteur en route, larguer les amarres ou virer la chaîne et hisser l'ancre. Verbe : Appareiller.

Appontement : Plate-forme flottante ou sur pilotis servant à faciliter le chargement et le déchargement des navires.

Arbre (ligne d' ..) : Dispositif qui transmet la puissance produite par le moteur à l'hélice et, en retour, la poussée de l'hélice au navire par l'intermédiaire de la butée (sur les petites unités, cette poussée est directement transmise au moteur, en l'absence de butée).

Aréthuse : Type de sous-marin de 400 tonnes.

Armement : Désigne tout ce qui est nécessaire à un navire pour qu'il puisse prendre la mer : matériel, gréement, équipage, etc. Verbe : Armer.

Arrimage : Répartition et immobilisation convenable dans le navire de tous les objets composant son armement et sa cargaison. Verbe: Arrimer.

Assiette : angle que fait l'axe longitudinal (avant – arrière) d'un navire avec le plan horizontal. Manière dont le navire est assis dans l'eau par rapport à la différence de ses tirants d'eau avant et arrière. Assiette positive : l’avant du  bâtiment est plus haut que l’arrière - Assiette négative : L’avant du bâtiment est plus bas que l’arrière.

Avarie : Dommage au navire. Ex : avarie de barre de direction (le gouvernail ne répond plus).

Axiomètre : Synonyme : indicateur d'angle de barre. Instrument composé d'un index solidaire de la mèche du gouvernail et indiquant par son déplacement sur un cadran gradué l'angle que fait le gouvernail avec sa position droite. Ce peut être un appareil de conception plus élaborée, servant à visualiser dans la timonerie et sous les yeux de l'homme de barre la position du safran du gouvernail.

Azimut (Z) : Ce terme vient d'un mot arabe signifiant "la direction" ou "le chemin". C'est le relèvement horizontal d'un astre. Dans le plan horizontal, l'azimut forme un arc de cercle, compté de 0° à 360° dans le sens des aiguilles d'une montre en partant du nord vrai (nord géographique). L'azimut ainsi défini correspond au relèvement de l'astre, mesuré au compas, et corrigé de la variation. Il s'écrit Zn dans le système anglo-saxon et Z dans le système français. Gouverner au 180 (lire « un, huit, zéro ») ordonne de diriger le bâtiment vers le sud.

Bâbord : Partie du bâtiment située à gauche d'un observateur placé dans l'axe en faisant face à l'avant. On parle aussi bien des éléments à gauche du bâtiment lui-même que tout objet extérieur vu à gauche.

Bachi : Le bonnet de marin (parfois appelé à tort « béret de marin ») ou Bachi dans l'argot maritime français, est le nom donné à la coiffure des matelots et quartiers-maîtres. Il est surmonté d'une houpette rouge appelée plus communément pompon (que les demoiselles et gentes dames aiment à toucher). Il est traversé de droite à gauche par une sorte de lacet de coton blanc appelé jugulaire qui permet à la fois d'éviter qu'il ne s'envole quand le vent souffle et de reconnaître le personnel de service, car celui ci porte son bonnet "jugulaire au menton".

Baignoire : Passerelle de navigation se situant au sommet du massif (cathédrale).

Ballast : Compartiments situés de chaque côté de la coque ou dans les fonds du navire et servant à prendre du lest, eau ou combustible, etc... Le remplissage des ballasts permet au bâtiment de s’alourdir pour plonger.

Bande : Inclinaison latérale (gauche – droite) du navire. Synonyme de Gite. Mettre l'équipage à la bande : l'aligner sur le pont pour saluer un navire ou une personnalité.

Bannette : Lit où se couche le marin. A bord des sous-marins il y a deux bannettes pour trois marins. Celui qui termine le quart prend la place de celui qui a pris le quart, cela s’appelle la bannette chaude.

Bidel : Capitaine d’Armes.

Bittes : Pièce de bois ou d'acier fixées verticalement sur un pont ou un quai et servant à tourner les aussières.

Bitture : Partie d'une chaîne élongée sur le pont à l'avant et à arrière du guindeau, filant librement de l'écubier aussitôt qu'on fait tomber l'ancre (prendre une bitture).

Bombettes : Feu flottant ou fusée de signalisation de différentes couleurs signalant une action, un problème ou une extrême urgence.

Bosco (argot marin) : Traduction du mot anglais quarter master qui signifie quartier-maître de timonerie en charge de la surveillance de la barre et des signaux émis entre navires. Maître de manœuvre, Maître d'équipage.

Bourlinguer : Se dit d'un bateau qui lutte dans une forte mer et d'un marin qui navigue beaucoup.

Bouvier : Marin au service des officiers mariniers.

Branles : Nom ancien des hamacs (d'ou "branle-bas").

Branle-bas : Lever de l'équipage ou préparatifs de combat. On doit les décrocher - mettre bas - à l'occasion du réveil ou du combat.

Cabestan : Treuil vertical servant à actionner mécaniquement ou à bras les barbotins. Synonyme : Guindeau.

Caisses d’assiette : Placées à l’avant et à l’arrière, elles permettent de rectifier la pesée en assiette du bâtiment. C'est-à-dire ramener le centre de gravité du bâtiment à la verticale du centre de poussée. Voir Régleurs ou  Caisses de réglage.

Caisses de compensation : Sur les types Aréthuse et Narval, elles permettent de compenser le poids perdu lors du chargement d’une torpille de réserve.

Caisses de réglages : Placées au centre du bâtiment de part et d’autre de la coque épaisse, elles permettent de corriger les variations de poids du sous-marin (pesée). Synonyme Régleurs.

Cap (K) : Le cap est l'angle que fait l'axe du bâtiment (dirigé vers l'avant) avec la direction du Nord vrai (Nord géographique). Direction ou route d'un bâtiment. Faire cap au 180 (lire : un, huit, zéro) indique une route au sud. Il est compté de 0 à 360° à partir du Nord vrai dans le sens des aiguilles d'une montre. Il s'inscrit K dans le système français.

Carène : Partie immergée de la coque d'un navire.

Caréner (un navire) : nettoyer et peindre sa carène.

Carré : Salon des officiers (se dit : carré des officiers).

Cathédrale : Nom donné au massif du sous-marin. Le massif est la partie dépassant du pont (Voir Massif).

Chaumard : Pièce de guidage pour les amarres solidement fixées sur le pont dont toutes les parties présentent des arrondis pour éviter d'user ou de couper les cordages.

Cipal : Maître Principal, grade le plus élevé des Officiers Mariniers. Ne pas confondre avec les Officiers de Marine.

Commandant : Celui qui commande le bâtiment quel que soit son grade. Voir Pacha.

Conserve, Naviguer de conserve : Naviguer ensemble (un bâtiment est ainsi "conserve" d'un autre).

Contre-bord (navire à) : Navire faisant une route de direction opposée à celle que l'on suit.

Coupée (L’échelle de) : Permet de monter à bord du bâtiment.

Coursive : Terme général pour désigner des passages étroits tels que ceux qui peuvent se trouver entre des chambres ou autres distributions du navire. Par analogie Couloir. Dans les sous-marins classiques une seule coursive traverse le bâtiment d’avant en arrière.

Crachin : Pluie très fine. Crachiner.

Cul de poule : arrière allongé.

Daphné : Type de sous-marin de 800 tonnes.

Défense : Tout objet suspendu contre le bord d'un navire ou d'une embarcation pour préserver la muraille du choc des quais et de toute construction flottante.

Dévirer (Cabestan, treuil, etc...) : tourner en sens contraire.

Dinghy : Embarcation en caoutchouc. L'on dit aussi zodiac quel que soit le modèle.

Echouer : Toucher le fond.

Ecoutille : Ouverture rectangulaire pratiquée dans le pont pour pouvoir accéder dans les entreponts et dans les cales.

Ecubier : Conduit en fonte, en tôle ou en acier moulé ménagé de chaque bord de l'étrave pour le passage des chaînes de l'ancre. Ouverture par laquelle passe la chaîne d'une ancre.

Elingue : Bout de filin dont on entoure les objets pesants tels qu'un ballot, une pièce de machine, etc... Câble en acier muni de deux boucles aux extrémités. On accroche l’élingue à un palan ou un mât de charge pour embarquer ou débarquer les marchandises, les torpilles, etc...

Embosser - un navire : mouiller ou amarrer le bâtiment de l'AV et de l'AR, pour le tenir dans une direction déterminée malgré le vent ou le courant.

Embraquer : Tirer sur un cordage de manière à le raidir : embraquer le mou d'une aussière.

Embrun : L'embrun est une poussière liquide arrachée par le vent à la crête des lames.

Encablure : Longueur employée pour estimer approximativement la distance entre deux objets peu éloignés l'un de l'autre. Cette longueur est de 120 brasses (environ 200 mètres). Longueur normale d'une glène d'aussière. Autre définition de l'encablure : un dixième de mille soit environ 185 mètres

Erre : Vitesse conservée par un navire sur lequel n'agit plus le propulseur.

Etambot (tube d’): support des lignes d’arbres du bâtiment.

Etrave : Pièce massive qui forme la limite avant de la carène d'un navire. Avant du sous-marin.

Evitage (Manœuvre d’): Effectuer un changement de cap pour éviter un écueil, un autre bâtiment.

Fanal : Lanterne d'embarcation.

Filer - une amarre : laisser aller une amarre dont un des bouts est attaché à un point fixe.

Flottaison : Plan qui divise la partie du navire qui est dans l'eau de celle qui est hors de l'eau (Ligne de flottaison : ligne qui sépare la partie submergée de celle qui ne l'est pas).

Fraîchir : Se dit du vent qui augmente d'intensité.

Gisement  (G): Le gisement d'un objet est l'angle que fait la direction dans laquelle l'objet est détecté avec l'axe du bâtiment (dirigé vers l'avant). Il est compté de 0 à 360° à partir de l'avant dans le sens des aiguilles d'une montre. Il s'inscrit G dans le système français.

Gite : Synonyme de bande : Giter.

Gouvernail : Le gouvernail se compose de 2 pièces principales : la mèche qui est l'axe et le safran, surface immergée orientable qui transmet au bateau la direction à prendre. Cet ensemble est commandé par la barre qui transmet l’ordre hydrauliquement. Un sous-marin, en plus du gouvernail de direction, possède deux gouvernails avant et deux gouvernails arrière dit : de plongée.

Grain : Vent violent qui s'élève soudainement généralement de peu de durée. Les grains sont parfois accompagnés de pluie, de grêle ou de neige.

Guindeau : Appareil servant à virer les chaînes, à mouiller et à relever les ancres à bord d'un navire. Son axe de rotation est horizontal.

Kiosque : Appendice de coque épaisse situé dans le massif (cathédrale) où se trouve le poste de commandement. On y trouve les périscopes. Uniquement sur les 1200 tonnes type Narval.

Lest : Matières pesantes (plomb) arrimées dans les fonds du navire pour en assurer la stabilité.

Leurre : Ce sont des dispositifs destinés à tromper les adversaires en donnant de faux écho sonar. (Voir Pilule)

Ligne de foi : Ligne imaginaire passant par l’axe du bâtiment (axe du bâtiment).

Loch : Appareil servant à mesurer la vitesse du navire en nœuds.

Main courante : Barres en métal placées de chaque côté des échelles, de la cathédrale (kiosque) etc... Pour servir de rampe ou pour le maintien.

Maistrance : (Marine Nationale) - L'ensemble des officiers mariniers de la Marine de guerre française et plus particulièrement ceux de carrière qui constituent le cadre de maistrance proprement dit.

Maître de quart (Marine nationale) - Gradé du service manœuvre qui, à bord des bâtiments militaires, seconde l'officier de quart dans le service des embarcations et rend les honneurs du sifflet à l'arrivée et au départ des officiers.

Manœuvre : Toute opération relative à la marche ou à l'évolution du sous-marin.

Massif : Partie dépassant du pont d’un sous-marin. Il renferme tous les appendices aériens (périscopes, radar, etc…). Au sommet se trouve la passerelle de navigation où l’officier de quart et le ou les guetteurs (veilleurs) surveille la zone et assure la sécurité du sous-marin (appelé communément la baignoire).

Mille Marin : 1852 mètres égale un nautique.

Mollir : Diminuer de violence (vent, mer).

Mou : Un cordage a du mou quand il n'est pas assez tendu. Donner du mou : choquer une manœuvre.

Mouiller : Jeter l'ancre. Action de se mettre au mouillage.

Narval : Type de sous-marin de 1200 tonnes.

Pacha : Commandant du bâtiment quel que soit son grade.

Panne (mettre en) : Manœuvre qui a pour objet d'arrêter la marche du navire par le brasseyage de la voilure.

Paré : Prêt, libre, clair, hors de danger. Paré à manœuvrer : le bâtiment est libre pour manœuvrer.

Pavillon : C’est le drapeau hissé à bord des sous-marins.

Pilule : Ce sont des dispositifs destinés à tromper les adversaires en donnant de faux écho sonar (leurre).

Grand pavois : pavillon de signaux frappés le long des étais et de l'entremise dans un ordre déterminé.

Pesée : Action qui mène à l’équilibre du sous-marin en plongée.

Quart : Division du temps à bord par tranches de quatre heures. Période de service d'une bordée. Angle sous-tendant de 1/32e du tour d'horizon : 11°15'

Radoub (Bassin de) : Passage au bassin d'un navire pour entretien ou réparation de sa coque.

Rambarde : Garde-corps. Synonyme : Main courante.

Renflouer : Remettre à flot un navire échoué.

Ressac : Retour violent des lames sur elles-mêmes lorsqu'elles vont se briser sur une côte, un haut-fond.

Riper : Faire glisser avec frottement.

Rôle : Rôle de combat, rôle d'équipage, etc...

Rondier : Gradé ou matelot chargé d'une ronde.

Roulis : Balancement qui prend le navire dans le sens transversal.

Safran : Surface du gouvernail ou des barres de plongée sur laquelle s'exerce la pression de l'eau pour orienter le navire dans les trois dimensions.

Sas : Compartiment de séparation dont les ouvertures ne peuvent s'ouvrir que l'une après l'autre.

Saute de vent : Changement subit dans la direction du vent.

Sextant : C'est un instrument de navigation permettant de relever la hauteur angulaire d’un astre au-dessus de l’horizon. Il est utilisé pour faire le point hors de vue de terre. Un usage courant du sextant est de relever la hauteur angulaire du soleil à midi, ce qui donne la latitude du point de l'observateur. Le sextant est toujours utilisé dans la marine. Schéma du sextant.

Sous-marin : C’est un navire capable de naviguer en plongée et éventuellement en surface.

Superstructures : Ensemble des constructions légères situées au-dessus du pont supérieur.

Tangage : Mouvement que prend le navire dans le sens longitudinal.

Tape : Panneau en tôle ou pièce de bois obturant une ouverture.

Taximètre : Couronne graduée de 0° à 360°, munie d'une alidade, servant à déterminer des gisements que l'on transforme ensuite en relèvements en ajoutant la valeur du cap du navire à la valeur du gisement observé. On l’appelle parfois simplement Alidade.

Tenir le large : rester loin de la terre.

Tiens-bon ! : Commandement à des hommes qui agissent sur un cordage, un cabestan, etc... de suspendre leurs efforts tout en restant dans la position où ils sont (se dit également : "Tenir bon").

Tirant d'eau : Hauteur de carène mesurée de la quille à la flottaison (profondeur immergée du bateau).

Tribord : Partie du bâtiment située à droite d'un observateur placé dans l'axe en faisant face à l'avant. On parle aussi bien des éléments à droite du bâtiment lui-même que tout objet extérieur vue à droite.

Trou d'homme : Ouverture elliptique d'un double fond, d’une cuve ou d'un ballast. Permet la visite, le contrôle.

Veiller : Faire attention, surveiller. Veiller au grain : l'observer, le suivre.

Virer : Exercer un effort sur un cordage par enroulement sur un treuil, guindeau ou cabestan.

Vitesse : L'unité marine de vitesse est le nœud qui représente un mille marin (1852 mètres) à l'heure. Ne se dit pas nœud à l'heure (par analogie à kilomètre-heure) exemple : vitesse 8 nœuds.

Voie d'eau : Fissure ou ouverture accidentelle dans des œuvres vives (coque épaisse).