RETOUR

 NARVAL

Arsenal de Cherbourg : Narval, Marsouin, Dauphin, Requin
Chantier Augustin Normand du Havre : Espadon
Chantier de la Seine Maritime : Morse

Mis en service entre 1957 et 1960, ils seront refondus entre 1966 et 1970, par la DCAN Lorient à la base de Keroman. Lors de cette refonte le groupe propulsif est remplacé par une propulsion diesel-électrique constituée de trois moteurs SEMT-Pielstick, construits par le département moteurs des Chantiers de l'Atlantique. Les tubes arrière sont supprimés à cette occasion, et ils reçoivent un nouveau massif périscopique type Daphné à cette occasion. L'habitabilité est également améliorée.

Dimensions : 78,37 x 7,82 x 5,21 mètres.
Déplacement : 1600 t/surface, 1900 t/plongée.
Armement : 6 tubes avant avec 14 torpilles de réserve, soit 20 torpilles. Il lancent soit des torpilles type E12 de 1640 kg, soit des Z13 de 1740 kg.
Équipages : 7 officiers, 32 officier-mariniers, 25 quartiers-maîtres et matelots.
Immersion maximale : Supérieure à 200 mètres.
Énergie : 3 diesels SEMT Pielstick.
Propulsion : 2 moteurs électriques principaux de 1500 CV chacun et 2 moteurs électriques de croisière de 35,5 CV chacun.
Immersion maximale : supérieure à 200 mètres.
Vitesse maximale : 18 noeuds en plongée ; 16 noeuds en surface.
Distance franchissable : 23 000 nautiques à 10 noeuds.
Autonomie : 90 jours. Plongée de 5 à 6 jours.
Équipement Détection : Sonar écoute passive DSUV2, Sonars avec enregistreurs graphiques, Télémètre acoustique Nautilus qui permet de calculer la distance exacte qui sépare le sous-marins du bruiteur, Deux intercepteurs d'émissions sonores (un intercepteur de direction et un intercepteur de fréquence).

Sources : http://www.netmarine.net/bat/smarins/espadon/generalites.htm